article img

Sisters

[…] On se rend vite compte, alors, que les fragments du passé ne sont pas des morceaux d’un collage mais plutôt autant d’éclats où les trois protagonistes et – à différents titres – sœurs tissent une véritable chorégraphie des affects.

[…] Les distinctions entre sœurs biologiques, adoptives ou électives se brouillent grâce à l’irréversibilité des destins et à une puissante force affective, ni exclusivement naturelle ni exclusivement culturelle.

Filmexplorer a pu enregistrer le Q&A avec Peter Entell à Nyon après la projection de “Sisters” en première mondiale, où le réalisateur explique le processus de production du film en nous donnant des indications précieuses sur l’importance du temps et du regard dans l’acte créateur.

loading player ...

Comment faire du cinéma avec du home movie ? Peter Entell réussit cette métamorphose surtout grâce à un travail de montage original et soigné. La construction initiale par fragments et sans intention de linéarité (un montage qu’on dirait free jazz…) s’avère être l’instrument qui laisse venir, comme par surprise, les petits événements constituant le récit de Sisters. Entell semble vouloir se mettre en recul, en tant que réalisateur, pour laisser vivre la matière intime récoltée dans ce film. On se rend vite compte, alors, que les fragments du passé ne sont pas des morceaux d’un collage mais plutôt autant d’éclats où les trois protagonistes et – à différents titres – sœurs tissent une véritable chorégraphie des affects.

Puis, pas à pas, le puzzle du temps – des temps – et des relations familiales ou amicales se compose autour du noyau de la “confession” des deux sœurs qui se sont retrouvées après plus de 40 ans. Remémoration et besoin d’explicitation se lient ainsi dans un travail filmique qui a valeur thérapeutique sans pour autant prétendre sauver les blessures de la vie. Les distinctions entre sœurs biologiques, adoptives ou électives se brouillent grâce à l’irréversibilité des destins et à une puissante force affective, ni exclusivement naturelle ni exclusivement culturelle. Sisters devient un plaidoyer pour la force centripète du vécu, qui va bien au-delà de l’appel pourtant pressant de la biologie.

Dans ce film où la force émotive va croissant, Peter Entell entremêle aussi une ligne filmique particulièrement intéressante, qui est constituée par les animaux. Si d’un côté ils allègent la densité sentimentale des drames biographiques, de l’autre ils exposent ces derniers à une lumière extrahumaine, qui nous permet de “voir” les trois sœurs toujours et encore simplement comme des êtres. Ensemble avec l’ouverture structurelle constituée par le montage du film et l’ouverture thématique sur les questions de la filiation, de l’adoption et de l’amitié, Sisters est donc également porteur d’une ouverture existentielle qui nous mène bien plus loin que son apparent happy end.

First published: April 20, 2018

Sisters | Film | Peter Entell | CH 2018 | 72’ | Visions du réel 2018

More Info 

Explore more

Newsletter Subscription

Subscribe to our newsletter and stay in touch