article img

Vox usini, Welcome to Hell, Züri brännt

[…] Si L’Usine incarne en partie un fleuron de la culture alternative en Suisse romande, ses cousines la Reitschule et la Rote Fabrik, portent un flambeau à l’esprit très proche en Suisse alémanique.

[…] Aujourd’hui, alors que la lutte est menée par les nouvelles générations, que ce soit à Genève, à Berne ou à Zürich, il est primordial de garder le souvenir de ce qui a été obtenu et pourquoi nous continuons à nous battre.

Le souvenir encore frais de la lutte contre les autorités du canton de Genève ; force est de constater les difficultés à maintenir les activités d’un centre culturel autogéré dans un paysage politique hostile à toute activité hors des cases. Si L’Usine incarne en partie un fleuron de la culture alternative en Suisse romande, ses cousines la Reitschule et la Rote Fabrik, portent un flambeau à l’esprit très proche en Suisse alémanique. Avec leurs particularités, elles fonctionnent suivant des mécanismes similaires et luttent contre les mêmes formes d’organisation sociale néolibérales, atomisantes et morbides.

A l’occasion de la sortie du documentaire Vox Usini, nous proposons de mettre en perspective l’histoire et le fonctionnement de L’Usine avec les deux plus grands centres culturels autogérés du pays. Welcome to Hell est un documentaire récent qui propose un portrait sur les différents lieux de la Reitschule de Berne avec un état du paysage politique bernois contre lequel le centre doit lutter. Züri Brännt est un document d’archive sur les manifestations de 1980 contre les politiques bourgeoises de Zürich qui conduirent à la création du centre la Rote Fabrik.

Même esprit, même combat, on repense à la prise de la place des Volontaires par le collectif “État d’urgence”, à l’obtention de L’Usine suites aux pressions exercée par les manifestations, à la mise en place d’un fonctionnement horizontal au seins de ses collectifs, et surtout à la proposition d’activités culturelles à prix accessibles. Aujourd’hui, alors que la lutte est menée par les nouvelles générations, que ce soit à Genève, à Berne ou à Zürich, il est primordial de garder le souvenir de ce qui a été obtenu et pourquoi nous continuons à nous battre.

Vox usini
L’Usine est un centre culturel alternatif qui ouvre ses portes dans l’élan d’un mouvement de revendications politiques et culturelles, à Genève, durant les années 80. Au cours de ces dernières années, elle voit les lieux alternatifs qui l’entoure disparaître. Unique survivante? L’Usine est un laboratoire artistique, un levier culturel précieux où se côtoient scènes locales et internationales, et qui accueille plusieurs centaines de personnes chaque semaine. Le bâtiment abrite une trentaine d’associations dont des salles de concert, un théâtre, un cinéma, des ateliers de création, un bar, etc. A défaut d’être autonomes, les associations de L’Usine ont conservé leur vocation à fonctionner en collectif et en autogestion, à réagir comme elles l’entendent aux pressions exercées par les autorités, et à susciter les débats. Malgré de nombreuses divergences d’opinions, il y a chez les membres de L’Usine un fort attachement au lieu et un sentiment d’appartenance au collectif très présent.
Vox Usini réquisitionne les différents parcours de ces personnes et les questionnements qui les prolongent. Qu’est devenue L’Usine aujourd’hui ? Sa résistance et son héritage militant ont-ils survécu à l’épreuve du temps? Comment la génération actuelle parvient-elle à se l’approprier?

Welcome to Hell
Pour les 25 ans de vie de la Reitschule, le réalisateur bernois Andreas Berger réalise un film sur ce centre culturel et politique autonome et autogéré, lieu emblématique de la culture alternative engagée bernoise et lieu militant, autodéterminé pour la réalisation d’une “vie autonome et solidaire” pour citer le Manifeste de la Reitschule. Le titre, Welcome to Hell, reprend le slogan qui était écrit sur le toit de la Reit pendant longtemps. Visible depuis le train par les passagers juste avant de rejoindre la capitale, ce mot d’accueil controversé avait été effacé par la police.
Welcome to Hell est un film qui interroge en partie la place de la Reitschule dans la ville de Berne, à l’appui d’images d’archives tournées lors de manifestations, actions militantes, etc., mais aussi en laissant la parole à des externes, comme au chef de la police régionale de Berne ou à la section bernoise de l’UDC. Une grande partie du film est dédiée à la découverte de la Reitschule, à travers une visite guidée de ses coulisses, entrecoupée de rencontres avec plusieurs militantes qui en évoquent l’histoire, le fonctionnement, et les projets futurs.

Züri brännt
Züri Brännt
est le terme qui désigne les émeutes de Mai 1980 menées par les jeunesse zürichoises contre une politique donnant des subventions généreuses sans considérer les milieux culturels alternatifs. Initié par une manifestation devant le Grand Théâtre (Opernhaus), embrasant le reste de la ville, ce mouvement marqua le paysage événementiel et politique de la ville en libérant une énergie de créativité et d’autogestion par l’obtention du centre culturel alternatif bien connu: Die Rote Fabrik.
Ce documentaire retrace ces événements d’une époque grandiose et libératrice pour une génération entière. Tourné dans l’urgence en quelques mois seulement, Züri Brännt se compose d’images d’archives montrant les batailles de rue et les moments clés de cette lutte contre la société bourgeoise protestante Zwinglerienne. Véritable témoin des faits, le film veut faire entendre une contre-voix qui s’oppose à la censure des autorités du moment et les versions officielles relayées par les médias.

Text: Daniel Siemaszko
First published: December 14, 2016

Explore more